Parce que par gentillesse, je ne parlerai que d’incompétences et non de mauvaise-foi et autres malhonnêtetés…

Installez-vous, et ne riez pas tout de suite : le meilleur est à la fin !

Et donc, Zhom et moi, épuisés mais heureux, après des semaines à vider, poncer, détapisser, peindre, vitrifier, nous attendions le jour J… jour de clôture de nos souffrances (que nous croyions !!!), à savoir le 9 août J

Car, ce jour-là, Ikéa nous livrait un meuble (dont coût, pour transport et élévateur 315 € siouplé… me demande pourquoi je me suis fait prof moi !) et nous le montait, pour la « modique somme » de 165,75 €.

Le tout payable à l’avance, bien entendu !

Pourquoi payer si cher alors qu’on peut le faire soi-même me direz-vous ! A cela deux raisons… Le première, que vous connaissez, est liée à mes problèmes vertébraux.

Et la deuxième (et je vous interdis de rire !) est qu'avec beaucoup d’humilité, Zhom et moi, nous préférions faire appel à des « professionnels ».

Ben oui ! Nous n’avions pas envie d’abîmer notre si joli travail… Et ben oui aussi, nous croyions tous deux que des gens dont c’est le métier nous assureraient un travail parfait !

Hélas ! Humilité rime avec naïveté…

Car… en ce joli 9 août, l’armoire fut livrée oui oui ! Avec :

-         dégât dans un mur (viiiiiii…. un mur fraîchement détapissé, plâtré, poncé et repeint !),

-         clenches à hauteurs différentes,

-         tablettes abîmées,

-         et base d’armoire abîmée itou (tant qu’à faire !).

Tout cela pour le même prix… non non ! on n’a pas dû payer de supplément !

Toujours aussi naïve, devant l’ampleur des dégâts, j’empoigne mon téléphone. Naïve je vous dis !

« Nos magasins sont ouverts de … si vous désirez… tapez… si vous désirez… tapez… si vous désirez… tapez… Nous sommes désolés, tous nos opérateurs sont occupés, nous vous conseillons de rappeler plus tard. »

Plus tard : même chose.

Et rererererere plus tard : le même identique et pareil !

Pas grave me dis-je, pour apaiser mon pouls à 180 (me demande encore comment mon coeur a résisté), je vais utiliser leur formulaire ad hoc sur leur site internet.

Yes ! pas de réponse… même pas un minuscule tout petit accusé de réception de rien du tout !

Mardi 10 août, reprenant mon courage à deux mains, je recommence : téléphone et mail.

C’est fou ce que les opérateurs Ikéa sont occupés ! Ca craint non ? Doit y en avoir des plaintes !

Bon, j’exagère : en fin de journée, après une bonne dizaine d’essais, j’ai eu droit enfin à une brave dame qui m’a promis-juré de transmettre toutes ces informations à la personne autorisée, la dite personne devant me contacter le lendemain avant midi.

Mercredi 11 août midi : rien ! Le ciel qui rougeoie oui ! la route qui poudroie aussi ! mais d’Ikéa : nada ! nothing !

Après-midi passée donc, accrochée au téléphone (à mon avis ils ont un deal avec Belgacom,  pas mal dans leur genre aussi ceux-là d’ailleurs !), mais ! Mais ! j’ai eu raison : j’ai enfin eu une réponse. Waouw ! J’ai reçu la vraie adresse pour les plaintes, celles où les mails sont lus et je dois envoyer les photos des dégâts et promis-juré, « on » me recontacte le lendemain !

Ce que je fais évidemment…

Jeudi matin…

L’empereur, sa femme et le petit prince, sont venus chez moi pour me serrer la pince…

Vrai que la probabilité qu’un tel événement arrive doit être égale à la probabilité que le SAV Ikéa tienne promesse !

Jeudi 12 août en fin d’après-midi, je deviens hargneuse… Mais après beaucoup d’insistance téléphonique !!!! Miracle ! Dieu existe ! Yes ! sonnez trompettes !!! ouf !

« On » me fait une proposition de compensation-vous acceptez madame ?

Quelle compensation ?

« On » ne sait pas encore, mais « on » va se renseigner et « on » va écrire un mail le lendemain avec les détails de cette compensation…

Zhom et moi, on fatigue. Surtout moi d’ailleurs. Zhom et moi, on se dit que s’il faut tout remplacer, qui sait ?  ce sera peut-être pire qu’avant ? Zhom et moi, de guerre lasse, sommes tentés, nous l’avouons piteusement.

Vendredi 13 août, Zhom et moi attendons le mail.

« J’attendrai le jour et la nuit, j’attendrai encore… »

Devinez ?

Oui ! je vois que vous avez deviné !

Tout cela nous reporte donc au lundi 16 août.

Avec beaucoup de ténacité et de courage, j’empoigne téléphone et PC : me revoici sur le parcours du combattant !

Le ciel me sourit : en début d’après-midi, j’ai enfin un « on » au téléphone. Et « on » me promet qu’on va retéléphoner quand « on » aura lu le dossier.

- moi: Non !

- "on": Non ? vous préférez attendre ?

- moi: Oui ! (ben tiens !)

De service en service, j’ai enfin un « on » qui est apparemment la vraie bonne personne autorisée et tout de go : « vous acceptez donc notre proposition de compensation ??? »

Grrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrr ! cœur à 240 et mal à l’estomac…

Moi, d’une voix que j’aimerais suave et polie (mais qui ne l’est plus vraiment même avec de gros efforts) : « j’aimerais simplement avoir les détails de cette compensation, par écrit, et… aujourd’hui ! »

Ouiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiinnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnn…………..

Alors là, je vous invite à vous asseoir confortablement. Si possible, attachez vos ceintures…

LE geste commercial de l’année, le voici le voilà :

20 euros (oui vous avez bien lu, mais ce n’est pas tout) !

Vingt euros donc :   - en bons d’achats Ikéa et……….

                               - bien entendu, nous perdons la garantie.

Euh…. Non ! ce n’était même pas « pour du rire » !!!!

Nous avons refusé… emm*** que nous sommes !

Nous avons alors reçu un mail, le lendemain, nous expliquant que l’armoire et les tablettes abîmées seraient remplacées, la clenche mise à bonne hauteur sur une nouvelle porte, mais qu’il faudrait patienter car tout cela devait venir d’Arlon (Vrai que Arlon-Bruxelles, cela fait 172 solides km !)

Nous avons donc patienté… toujours dans les caisses L

Jusque hier, mercredi 25 août. J’ai relancé la machine, impatiente que je suis ! Vrai que je me demandais si mes meubles devaient être acheminés par navette spatiale, vu le temps que cela prenait !

Et ? et réponse aujourd’hui, jeudi 26 août donc……….. vous êtes toujours assise ?

Paraît qu’ils sont un tout petit peu ennuyés car :

1) « ils » se sont trompés dans la demande de transport de IKEA Arlon : ce sont d’autres meubles qui sont arrivés !

2) Ils ont rectifié la demande…mais IKEA Arlon s’est trompé de destination et a envoyé les meubles je ne sais où en Europe !

3) Chacun a rectifié ses c*** et les meubles sont enfin arrivés…à Zaventem !

Je me demandais s’ils faisaient 25 fois le tour de la terre ces meubles, pour atterrir à Zaventem !

Mais ! mais… ce n’est plus qu’une question de patience ! Dans les caisses…

Bref, si un jour prochain, nous avons enfin une armoire, comme celle que nous avons achetée et payée, sans dégât ni dans l’armoire, ni dans le décor, je vous dirai ;-)

Encore une chose : s’il n’y avait que les promesses non tenues…

Méfiez-vous avant tout de ce qu’on vous raconte comme excuses pour faire traîner les choses ou ne pas rembourser. Renseignez-vous !!! Car « on » profite de notre ignorance en matière de réglementation. Sur ce coup-là, en matière de renseignements j’ai eu de la chance, mais pas grâce au SAV Ikéa !

Jolie soirée à vous...